Spinosauridae
  Baryonyx walkeri
 


Reconstitution de Baryonyx walkeri (Charig et Milner, 1997).

Fiche Descriptive

Sous-ordre
: THEROPODA (Marsh, 1881)


Superfamille
:
MEGALOSAUROIDEA (Fitzinger, 1843)

Famille
: SPINOSAURIDAE (Stromer, 1915)


Sous-famille
: BARYONYCHINAE (Sereno et al., 1998)


Genre
: Baryonyx (Charig et Milner, 1986)


Etymologie
: du Grec barus signifiant "lourd, fort" et onyx "ongle, griffe".


Espèce
: walkeri (Charig et Milner, 1986)


Dérivation du nom
: En l'honneur de Mr William J. Walker qui découvrit la grande griffe (phalange unguéale) et les premières indications du squelette.


Holotype
: Natural History Museum, Londres. BMNH R9951.


Matériel
:

- prémaxillaires fusionnés
- vomers fusionnés
- partie antérieure du maxillaire gauche
- os nasaux fusionnés
- lacrimal gauche
- préfrontal gauche
- postorbital gauche
- partie antérieure de l'extrémité de l'endocrâne
= frontal droit, pariétal droit, orbitosphénoïde droit, latérosphénoïde droit
- partie postérieure de l'extrémité de l'endocrâne soudé à l'occiput
= les deux prootics, les deux opisthothics, basisphénoïde, supraoccipital, les deux exoccipitaux, basioaccipital
- jugal gauche
- les deux carrés
- les deux dentaires
- les deux spléniaux
- surangulaire droit
- les deux angulaires
- coronoïde droit
- occipital
- quelques os du postdentaire
- plusieurs dents sur la mâchoire inférieure in situ et un grand nombre de dents isolées dont la position est inconnue
- vertèbre axiale ainsi que 4 vertèbres cervicales
- 12 vertèbres dorsales
- 3 ou 4 vertèbres caudales
- 3 vertèbres caudales plus distales
- une côte axiale
- 3 côtes cervicales
- plusieurs côtes dorsales et abdominales
- 5 gastralia (haemapophyses)
- sternum
- les deux scapulae
- les deux coracoïdes
- les deux huméri
- radius gauche
- ulna gauche
- pouce gauche avec une grande griffe unguéale
- doigt II ou III gauche
- phalanges isolées des deux côtés
- ilion droit
- les deux pubis
- ischion droit
- extrémité proximale du fémur gauche et extrémité distale du droit
- fibula droite
- calcaneum droit
- fragments de métatarse
- os unguéal du pied I

Lieu de découverte : Fosse argileuse de Smokejacks (propriété de l'usine de brique Ockley Brick Company), Wallis Wood Ockley, près de Dorking, Surrey, Angleterre.


Date de découverte
: 7 janvier 1983

Horizon
: Partie supérieure des argiles wealdiennes. Crétacé inférieur, Séries wealdiennes, base du Barrémiens (~150 Ma).

Diagnose
: La région prénariale du museau se termine par un rostre étroit en forme de spatule (terminaison en forme de rosette). Le museau est légèrement courbé vers le bas en vue latérale et les mâchoires ont des marges sigmoïdes. Les narines sont larges, très externes et fort basses et situé loin derrière la face latérale du museau. L'articulation du prémaxillaire avec le maxillaire est complexe. Ces deux os ne sont pas fusionnés sous le bouton subrostral. Petit bouton médian à l'extrémité postérieure des os nasaux fusionnés, cruciforme en vue dorsale avec un membre antérieur qui dessine une croix vers l'avant à l'intérieur d'une crête fine médiane. Un occiput profond avec un processus paroccipital dirigé horizontalement vers l'arrière. Le processus du basiptérygoïde descend profondément sous le basioccipital  et diverge seulement légèrement latéralement. L'extrémité antérieure du dentaire se courbe vers le haut en vue latérale. 6/7 dents au niveau du prémaxillaire, probablement 15 au niveau du maxillaire (seulement 8 sont préservées), 32 dents généralement plus petite que celles de la mâchoire supérieure, au niveau du dentaire. 

Estimation de la taille : de 8 à 10 mètres

Estimation de la hauteur
: de 3,5 à 4 mètres

Estimation du poids
: de 2 à 4 tonnes

Régime alimentaire
: piscivore, carnivore (jeunes dinosaures herbivores (Iguanodon,...), ptérosaures).


Description
Remarque préalable
Cette description de Baryonyx provient de l'article de la version française de Wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Baryonyx). Il ne s'agit pas d'un plagia puisque cet article a été entièrement rédigé par mes soins. En attendant de compléter cette description que j'estime encore trop sommaire sur mon propre site web, j'ai décidé de copier le texte que j'ai écrit sur le site de Wikipédia.

Définition

Baryonyx est un genre de dinosaure théropode de la famille des Spinosauridae pourvu d'un museau long et étroit et d'une large griffe au niveau du pouce. Il ne comprend pour l'instant que l'espèce walkeri bien que certains paléontologues (Charig et Milner, 1997; Milner, 2003) considèrent que les genres Suchomimus tenerensis et Cristatusaurus lapparenti du Niger sont toutes deux des espèces de Baryonyx et que Suchosaurus cultridens d'Angleterre pourrait également en être une autre (Buffetaut, 2007). Ce dinosaure vivait dans ce qui est aujourd'hui l'Angleterre, l'Espagne et le Portugal au Barrémien (Crétacé inférieur). Il est un des rares dinosaures dont on connait précisément le régime alimentaire et il est pour l'instant le seul dinosaure dont on est sûr qu'il était au moins partiellement piscivore.

Étymologie
Baryonyx walkeri fut nommé en raison de la griffe impressionnante qu'il possédait au niveau du premier doigt de chaque main. Le nom de genre dérive ainsi du grec βαρως/barus signifiant 'lourd', 'fort' et ονυξ/onyx 'ongle', 'griffe'. Le nom de l'espèce rend quant à lui hommage au découvreur de l'animal, William J. Walker (Charig & Milner, 1986).

Anatomie
Baryonyx walkeri est un dinosaure complet à 70% et il ne lui manque que quelques os du crâne, des vertèbres cervicales et dorsales, des côtes, des os des pieds et des mains et la majeure partie de la queue. Il devait mesurer environ 8 mètres pour un poids qui fut évalué à presque 2 tonnes (Therrien & Henderson, 2007), ce qui fait de lui un dinosaure théropode de taille moyenne. Baryonyx partage les caractéristiques propres aux Spinosauridae dont il fait partie. En effet, il possède un museau étroit et très étiré vers l'avant, des bras puissants munis d'une grande griffe unguéale et des vertèbres sacrées plus hautes que celles de la plupart des autres théropodes. Le crâne est typique des spinosauridés puisque les mâchoires portent un grand nombre de dents de forme conique, très légèrement dentelées et de section circulaire. De plus, la partie antérieure du museau et des mâchoires inférieures a une forme de spatule (ou de cuillère) résultant d'un élargissement latéral des prémaxillaire, des maxillaire et des dentaires. Une dépression dite 'subrostrale' est également présente et donne aux mâchoires une forme sigmoïde en vue latérale (Charig & Milner, 1997). Ce théropode se distingue néanmoins des autres membres des spinosauridés par une légère corne lacrimale subrectangulaire et d'autres différences au niveau de la morphologie des vertèbres sacrées et caudales, du bassin et de la fibula (Sereno et al., 1998).

Systématique
La systématique de Baryonyx fut fortement débattue dans les années 90, Charig et Milner (1986, 1990) estimant que ce nouveau genre faisait partie de la nouvelle famille des Baryonychidae, et Buffetaut (1989, 1992) le voyant plutôt dans la famille des Spinosauridae au même titre que Spinosaurus. Un consensus semble à présent exister et ce théropode est maintenant classé dans la sous-famille des Baryonychinae avec Suchomimus tenerensis, Cristatusaurus lapparenti et Suchosaurus cultridens (Sereno et al., 1998). Les Baryonychinae sont ainsi le groupe sœur des Spinosaurinae au sein de la famille des Spinosauridae. Ils se distinguent des spinosaurinés (qui comprennent les genres Irritator challengeri, Angaturama limai et Spinosaurus aegyptiacus) par des dents finement crénelées et une fosse nasale en avant du museau (
Sereno et al., 1998). Certains paléontologues (Sues et al., 2002; Milner, 2003; Hutt & Newbery, 2004) considèrent le genre Suchomimus comme un synonyme junior de Baryonyx et qu'il doit être ainsi renommé Baryonyx tenerensis. En effet, peu de caractères ostéologiques différencient ces deux dinosaures et ces paléontologues estiment que les rares différences entre Suchomimus et Baryonyx ne justifient aucunement la dénomination de deux genres différents.

Découverte
Baryonyx walkeri fut trouvé dans la fosse argileuse de Smokejacks (propriété de l'usine de brique 'Ockley Brick Company') à Wallis Wood près d'Ockley, une ville située non loin de Dorking dans le Surrey, en Angleterre. Il fut découvert durant l'hiver 1983 par William J. Walker qui ne trouva d'abord que l'énorme griffe unguéale de l'animal dont ne manquait que la partie antérieure. Aidé de plusieurs de ses amis, il retrouva néanmoins l'extrémité de l'énorme griffe ainsi que d'autres ossements une semaine plus tard.

William 'Bill' Walker et la griffe de Baryonyx walkeri.

Conscient de l'importance de sa découverte, ce paléontologue amateur contacta directement les paléontologues Alan J. Charig et Angela C. Milner, tous deux paléontologues au Natural History Museum, qui débutèrent des fouilles dès le printemps 1983. L'équipe de paléontologues qui fut menée par ces scientifiques dégagèrent pas moins de deux tonnes de roches (des argiles dites 'wealdiennes') contenant les ossements de l'animal (Charig & Milner, 1997).
Le Baryonyx walkeri d'Espagne fut également découvert lors d'une campagne de fouille en 1983 dans la localité d'Igea. Le fragment de mâchoire fut ensuite entreposé dans les collections de la 'Sección de Geología de la Sociedad de Ciencias Aranzadi' puis décrit en 1995 (Vierra & Torres, 1995).


Excavation des ossements de Baryonyx walkeri par une équipe de fouille du Natural History Museum de Londres. © NHM (http://piclib.nhm.ac.uk/piclib/www/comp.php?img=50248&frm=med&search=baryonyx).
 
Les premiers restes associés au genre Baryonyx sp. (mais interprétés comme tel plus tard) furent découverts bien avant la fin du XXe siècle puisque des dents identiques ou très proches de celles de Baryonyx walkeri ont été découvertes dans le Surrey dès le début du XIXe siècle (Buffetaut, 2007). En effet, Gideon Mantell, le fameux paléontologue qui noma le tout premier dinosaure (Megalosaurus), avait mentionné en 1827 de telles dents provenant du Wealdien de Tilgate Forest (Surrey) mais les associait à un gavial (Mantell, 1827). En 1841, Sir Richard Owen, le père fondateur du mot 'Dinosauria', publiait dans son Odontography une description des dents mentionnées par Mantell et les rapprochait également à un crocodilien qu'il nomma Suchosaurus (Owen, 1841). Le spécimen type sur lequel repose l'espèce Suchosaurus girardi, qui fut décrite par Owen (1842) une année plus tard, ne comprend qu'une seule dent isolée qui semble proche mais pas identique à celle de Baryonyx (Buffetaut, 2007). Il s'agit donc là d'un baryonychiné qui pourrait être un genre différent de Baryonyx. En 1897, Sauvage décrivait des restes provenant du Portugal qu'il identifia comme appartenant à la nouvelle espèce Suchosaurus cultridens (Sauvage, 1897). Cette espèce fut redécrite comme étant un Baryonyx (Buffetaut, 2007).
Actuellement, les derniers restes découverts (et publiés) de Baryonyx sont des dents isolées provenant de la Province de Burgos et décrites en 2003 (Torcida-Fern
ández et al., 2003). Cependant, de nouveaux restes crâniens et postcraniens de Baryonyx provenant de la localité de Boca Do Chapim au Portugal sont en cours d'étude et seront publiés dans les prochaines années (Octavio Mateus, pers. comm.).

Paléogéographie
L'espèce Baryonyx walkeri fut trouvée dans le Surrey (Charig & Milner, 1997) mais également en Espagne puisqu'un fragment de maxillaire provenant de la Province de la Rioja fut identifiée comme appartenant à cette espèce (Viera & Torres, 1995). D'autres ossements furent associés au genre Baryonyx sp. et viennent d'autres partie d'Europe. Des dents et une vertèbre sacrée de Baryonyx ont été extraites des falaises de l'Ile de Wight en Angleterre qui sont particulièrement riches en fossiles de vertébrés du Crétacé inférieur (Hutt & Newbery, 2004). Des dents isolées de Baryonyx ont été également découvertes dans la Province de Burgos, en Espagne (
Fuentes Vidarte, 1999, 2001; Torcida-Fernández et al., 2003). Enfin tout dernièrement, le matériel de l'espèce Suchosaurus girardi (Sauvage, 1897) découvert dans la Province de Lisboa et Setubal au Portugal et qui inclut un morceau de dentaire droit ainsi que quelques dents isolées, fut réidentifié comme étant celui du spinosauridé Baryonyx (Buffetaut, 2007). Ainsi donc, Baryonyx était présent dans toute l'Europe occidentale au Crétacé inférieur. Certains scientifiques (Sues et al., 2002; Milner, 2003; Hutt & Newbery, 2004) estiment que Baryonyx avait également colonisé les régions du nord de l'Afrique (Niger) à l'Aptien et à l'Albien.

Paléobiologie
La découverte de Baryonyx walkeri est exceptionnelle en soit puisque les paléontologues ont retrouvé dans la région stomacale de l'animal des dents et des écailles du poisson Lepidotes qui furent attaquées par des acides gastriques, ainsi que des restes désarticulés du squelette d’un jeune Iguanodon (Charig & Milner, 1997). Cette découverte apporte ainsi un témoignage très précieux du dernier repas de Baryonyx qui se nourrissait ainsi (au moins partiellement) de poissons et de dinosaures herbivores.
La théorie selon laquelle les Spinosauridae puissent être piscivores fut proposée par Taquet (1984), avant même que ne soit publiée la découverte de Baryonyx. Ces spinosauridés semblent être en effet spécialisés dans ce régime alimentaire lorsque l'on regarde en détail l'anatomie de leur squelette. Le crâne ressemble grandement à celui de nos crocodiles actuels tant il est très étiré vers l'avant et muni d'un museau étroit latéralement. Cette particularité anatomique permet de diminuer les forces de frottement dans l'eau et d'augmenter la vitesse de tout mouvement vers l'avant, tel que celui qu'effectue les gavials actuels pour attraper des poissons. Il a d'ailleurs été prouvé récemment que l'anatomie fonctionnelle de Baryonyx est plus proche de celle d'un gavial, que d'un crocodile ou d'un théropode comme Allosaurus (Rayfield et al., 2007). Il est à noter également qu'un crâne étroit est particulièrement fragile comparé à un crâne massif comme celui d'un Tyrannosaurus ou d'un Carcharodontosaurus et il est certain que les spinosauridés ne devaient en aucun cas être de super-prédateurs. Une dépression subrostrale permet aussi aux dents du maxillaire antérieur de pointer vers l'avant ce qui facilite toute prise de proies lors d'un mouvement vers l'avant (Sues et al., 1997). En outre, les dents sont coniques, comme le sont celles des crocodiliens, et particulièrement longues. Les dents de section circulaire témoignent généralement d'une alimentation piscivore puisqu'elles permettent de poinçonner les proies plutôt que de les déchiqueter. L'absence de dentelure sur les dents prouvent aussi qu'elles ne servaient en aucun cas à découper, comme c'est le cas des dents des carnassiers qui n'ont pour autre fonction que de découper la viande. Les narines sont rétractées vers l'arrière et l'ouverture nasale devait peut-être se trouver au sommet du crâne ce qui devait peut-être permettre aux spinosauridés de plonger une partie du museau dans l'eau tout en continuant de respirer. D'autres particularités anatomiques présentes au niveau du squelette portcrânien vont également dans le sens d'une alimentation piscivore. Le cou en 'S' typique des théropodes est particulièrement long ce qui offrirait à l'animal la possibilité de rester debout, le corps parallèle au sol, et de plonger la tête dans l'eau à la recherche de proies. Enfin, la griffe du pouce est surdimensionnée et semble toute faite pour permettre aux spinosauridés de harponner des proies (Charig & Milner, 1997). Les restes d'un dinosaure herbivore témoigne cependant du fait que Baryonyx ne devait pas être exclusivement ichtyophage. D'autres preuves de l'alimentation des spinosauridés ont également montré que ceux-ci se nourrissaient également de ptérosaures (Buffetaut et al., 2004). Il est plus que probable que ces théropodes devaient se nourrir également de carcasses et devaient avoir plus de facilité que les autres dinosaures carnivores à capturer des reptiles volants en plein vol (
Buffetaut et al., 2004). Certains paléontologues voient d'ailleurs Baryonyx comme étant un grand prédateur ou un super charognard (Kitchener, 1987) plutôt qu'un animal piscivore, bien que cela soit réfuté par d'autres paléontologues (Reid, 1987).


Bibliographie spécifique


Buffetaut, E. & Ouaja, M., 2002. A new specimen of Spinosaurus (Dinosauria, Theropoda) from the Lower Cretaceous of Tunisia, with remarks on the evolutionary history of the Spinosauridae. Bulletin de la Société Geologique de France, 173 (5) : 415-421.

Buffetaut, E., 1989. New remains of the enigmatic dinosaur Spinosaurus from the Cretaceous of Morocco and the affinities between Spinosaurus and Baryonyx. Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie, Monatshefte, 2 : 79-87.

Buffetaut, E., 1992. Remarks on the Cretaceous theropod dinosaurs Spinosaurus and Baryonyx. Neues Jahrbuch für Geologie und Paläontologie, Monatshefte, 2 : 88-96.

Buffetaut, E., 2007. The spinosaurid dinosaur Baryonyx (Saurischia, Theropoda) in the Early Cretaceous of Portugal. Geological Magazine, 1-5 Cambridge University Press.

Buffetaut, E., Martill, D. & Escuillé, F., 2004. Pterosaurs as part a spinosaur diet. Nature, 430 : 33.

Charig, A.J. & Milner, A.C., 1986. Baryonyx, a remarkable new theropod dinosaur. Nature, 324 : 359-361.

Charig, A.J. & Milner, A.C., 1990. The systematic position of Baryonyx walkeri, in the light of Gauthier’s reclassification of the Theropoda. In : K. Carpenter & P.J. Currie, Eds, Dinosaur systematics. Approaches and perspectives – Cambridge University Press, Cambridge : 127-140.

Charig, A.J. & Milner, A.C., 1997. Baryonyx walkeri, a fish-eating dinosaur from the Wealden of Surrey. Bulletin of the Natural  History Museum of London 53 : 11-70.

Fuentes Vidarte, C., Meijide Calvo, M., Izquierdo, L.A., Molinero, P., Montero, D., Pérez, G., Urien, V., Meijide Fuentes, F. y Meijide Fuentes, M. 1999. Restos de
Baryonyx (Dinosauria, Theropoda) en el weald de Salas de los Infantes (Burgos, España). I Jornadas Internacionales sobre Paleontología de dinosaurios y su entorno. Salas de los Infantes, Burgos, 24-25.

Fuentes Vidarte, C., Meijide Calvo, M., Izquierdo, L.A., Montero, D., Pérez, G., Torcida, F., Urién, V., Meijide Fuentes, F. & Meijide Fuentes, M. 2001. Restos fósiles de
Baryony (Dinosauria, Theropoda) en el Cretácico inferior de Salas de los Infantes (Burgos, España). Actas de las I Jornadas internacionales sobre Paleontología de Dinosaurios y su entorno, 349-359.

Hutt, S. & Newbery, P., 2004. A new look at Baryonyx walkeri (Charig and Milner, 1986) based upon a recent fossil find from the Wealden. SVPCA 2004.

Kitchener, A., 1987. Function of Claws' claws. Nature 325, p. 114.

Mantell, G. A., 1827. Illustrations of the geology of Sussex. London: Lupton Rolfe, 92p.

Milner, A.C., 2003. Fish-eating theropods: a short review of the systematics, biology and palaeobiogeography of spinosaurs. In Actas de las II Jornadas Internacionales sobre Paleontologıa de Dinosaurios y su Entorno (2001) (eds P. Huerta Hurtado & F. Torcida Fernandez-Baldor), pp. 129–138. Salas de Los Infantes: Colectivo Arqueologico–Paleontologico de Salas.

Owen, R. 1840–1845. Odontography. London: Hippolyte Baillière, 655p. (Année 1841 pour Suchosaurus cultridens).

Owen, R. 1842. Report on British fossil reptiles. Part II. Reports of the meetings of the British Association for the Advancement of Science 11, 61–204.

Rayfield, E.J., Milner, A.C., Bui Xuan, V. & Young, P.G., 2007. Functional morphology of spinosaur 'crocodile-mimic' dinosaurs. Journal of Vertebrate Paleontology 27: 892-901.

Reid, R.E.H., 1987. Claws' claws. Nature, 325 p. 487.

Sauvage, H.E., 1897–1898. Vertébrés fossiles du Portugal. Contribution à l’étude des poissons et des reptiles du Jurassique et du Crétacique. Lisbonne: Direction des Travaux géologiques du Portugal, 46p.

Sereno, P.C., Beck, A.L., Dutheil, D.B., Gado, B., Larsson, H.C.E., Lyon, G. H., Marcot, J.D., Rauhut, O.W.M., Sadleir, R.W., Sidor, C.A., Varrichio, D.D.,Wilson, G.P. & Wilson, J.A., 1998. A long-snouted predatory dinosaur from Africa and the evolution of spinosaurids. Science, 282 : 1298–1302.

Stromer, E., 1915. Ergebnisse der Forschungsreisen Prof. E. Stromer in den Wüsten Agyptens. II. Wirbeltier-Reste der Baharîje-Stufe (unterstes Cenoman). 3. Das Original des Theropoden Spinosaurus aegyptiacus nov. gen., nov. spec. Abhandlungen der Königlich Bayerischen Akademie der Wissenschaften, Mathematisch-Physikalische 28 (3) : 1–32. Klasse.

Sues, H.-D., Frey, E., Martill, D.M. & Scott, D.M., 2002. Irritator challengeri, a spinosaurid (Dinosauria: Theropoda) from the Lower Cretaceous of Brazil. Journal of Vertebrate Paleontology, 22 (3) : 535-547.

Taquet, P. & Russell, D.A., 1998. New data on spinosaurid dinosaurs from the Early Cretaceous of the Sahara. Compte Rendus de l’Académie des Sciences, Sciences de la terre et des planètes 327 : 347-353.

Taquet, P., 1984. Une curieuse spécialisation du crâne de certains Dinosaures carnivores du Crétacé : le museau long et étroit des Spinosauridés. Comptes Rendus de l’Académie des Sciences, Paris Série II 299 : 217–222.

Therrien, F. & Henderson, D.M., 2007. My theropod is bigger than yours...or not: estimating body size from skull length in theropods. Journal of Vertebrate Paleontology, 27 (1): 108–115.

Torcida Fernández, F., Izquierdo Montero, L.A., Huerta Hurtado, P., Montero Huerta, D. & Pérez Martínez, G., 2003. Dientes de dinosaurios (Theropoda, Sauropoda), en el Cretácico Inferior de Burgos (España). - In: Pérez-Lorente, F. (ed.): Dinosaurios y otros Reptiles Mesozoicos en España (IER, Ciencias de la Tierra, 26) : 335–346

Viera, L.I. & Torres, J.A., 1995. Presencia de Baryonyx walkeri (Saurischia, Theropoda) en el Weald de La Rioja (Espana). Nota previa. Munibe, Ciencias Naturales, 47 : 57–61.

Liens Internet
Paléowiki : http://dinonews.net/wiki/index.php?title=Baryonyx
Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Baryonyx
Wikipedia (anglais) : http://en.wikipedia.org/wiki/Baryonyx
Natural History Museum (anglais) : http://internt.nhm.ac.uk/jdsml/nature-online/dino-directory/detail.dsml?Genus=Baryonyx
Dinowight (anglais) : http://www.geocities.com/dinowight/baryonyx.html
Dinosauricon (images de Baryonyx) : http://dino.lm.com/taxa/display.php?name=Baryonyx
 
  Nombre de personnes ayant visité le site depuis sa création : 164350 visiteurs. © Christophe Hendrickx, 2008 - 2014.  
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=